Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Comité
des sans papiers 59

Manifestation 
tous les mercredi
Place de la République 
à Lille, 18 heures 30


Régularisation
de tous les Sans Papiers!

42 rue Bernos
59800 Lille-Fives
csp59@wanadoo.fr

flyer-bonhomme.jpg








Pour commander
"La république à l'école
des Sans Papiers"...
adressez vos chèques
à IDM, 42 rue Bernos
Lille-Fives
(24 euros)















Présentation

Liens

27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 09:52

 

undefined

RECONNAISSANCE…
Les sans papiers n'oublient pas ceux qui les ont aidés. Quelques-uns ont obtenu le précieux sésame, d'autres espèrent une régularisation. Mais plusieurs d'entre eux, (treize) ont été expulsés. Les sans papiers sont revenus, là où cet été ils ont mené une grève de la faim, devant le centre hospitalier.
Durant plusieurs jours, au mois d'août, ils ont campé là, à la sortie du métro, aux portes du centre hospitalier. Hier, le temps était plus ensoleillé que ce jour d'été où ils ont été emmenés par les forces de police. Les sans papiers n'ont pas choisi le quartier de La Bourgogne par hasard pour faire entendre leurs voix, très touchés par l'accueil que leur avaient réservé certains habitant, lors des événements d'août. Avec les membres du comité CSP59, ils sont venus manifester, hier après midi. Une manif qui prenait donc symboliquement le départ du centre hospitalier où ils ont été soignés durant leur grève de la faim. Symboliques aussi ces silhouettes noires, comme on peut parfois en voir sur les bords des routes. Elles évoquent les treize expulsés, parmi lesquels il y avait quatre grévistes de la faim de Tourcoing. «Je suis soulagé, j'ai appris ma régularisation jeudi. Je suis persuadé que la lutte m'a aidé. Mon dossier a été réexaminé cinq fois ; la dernière a été la bonne», confie Cissé, un Guinéen. «J'ai vraiment été soutenu par les Français» Saïd aussi est un ancien sans papiers. Il a vécu «trois ans de galère». Depuis qu'il a été régularisé, il y a un an, il apporte son soutien indéfectible aux personnes en attente de régularisation. « On nous reproche de vouloir venir en France, mais c'est parce que nous parlons français. Mes grands-parents ont défendu la langue française du temps où l'Algérie était la colonie de la France. Si les Français n'étaient pas venus chez moi, je ne serais pas là ». Madame Clément est revenue quelque mois après, là où elle venait quotidiennement réconforter les grévistes de la faim. «J'habite à proximité, j'ai été sensible à leur situation. Depuis, avec mon mari, on parraine des sans papiers». Pour elle, la France a une capacité d'accueil suffisante, en rappelant que les secteurs du bâtiment ou de la restauration manquent de bras. «D'une certaine façon, ils participent à l'économie, mais souterraine, ce n'est pas acceptable» Jean-François, lui aussi du CSP, estime que ce genre de manifestation permet une meilleure visibilité des sans papiers. «À partir du moment où l'on montre que l'on est là, il y a moins de risque d'être expulsé. Les clandestins qui se cachent sont davantage menacés. Mais si on a connaissance de votre existence, ça devient plus difficile, surtout si des gens vous soutiennent» Tout cela, les manifestants l'ont rappelé en défilant dans les rues du quartier. Ils se retrouvaient ensuite rue de Menin, pour une exposition de photos et la projection du film Dessine moi une carte de séjour. Tout le temps du défilé, les manifestants ont été escortés par un cordon policier très léger.

La Voix du Nord - Edition du dimanche 27 janvier 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article

commentaires