Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Comité
des sans papiers 59

Manifestation 
tous les mercredi
Place de la République 
à Lille, 18 heures 30


Régularisation
de tous les Sans Papiers!

42 rue Bernos
59800 Lille-Fives
csp59@wanadoo.fr

flyer-bonhomme.jpg








Pour commander
"La république à l'école
des Sans Papiers"...
adressez vos chèques
à IDM, 42 rue Bernos
Lille-Fives
(24 euros)















Présentation

Liens

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 23:07

Pour demander la libération et la régularisation d'Ibou Touré, continuez d'envoyer vos mails, fax, lettres au Préfet du Nord !

 

Ce lundi 20 octobre, Ibou Touré, Ch'tis marcheur sans papiers lors de la marche de Lille à Paris du 19 avril au 10 mai 2008, est toujours enfermé au CRA de Lesquin.

Ibou a besoin de votre soutien.

Maintenu en centre de rétention et expulsable à tout moment, envoyons lettres, mails et fax au Préfet du Nord pour demander sa libération et sa régularisation.

Vous êtes nombreux, responsables d'organisations ou soutiens individuels, à avoir déjà écrit au Préfet du Nord. Vous trouverez à suivre quelques uns de ces courriers dont celui de Théo, « frère de cœur » de Ibou, ainsi que ceux de plusieurs élus (ceux que nous avons reçus en copie), Merci de nous communiquer vos lettres à ce mail afin que nous en ayons connaissance: lecsp59@gmail.com

Maintenu au CRA de Lesquin en zone A, nous vous invitons à joindre Ibou Touré à la cabine téléphonique de cette « zone » : 03 20 32 76 20, afin de lui apporter directement votre soutien. Vous pouvez aussi lui rendre visite, en présentant une pièce d'identité à l'entrée du CRA. Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet et à ses collaborateurs, aux différents directeurs de cabinet ministériels…

 

Voici les coordonnées du Préfet du Nord et de la Préfecture :

- Le préfet Mr Canépa : daniel.canepa@nord.pref.gouv.fr

- le nouveau préfet, en prise de fonctions (dont le mail est peut-être déjà actif), Mr Jean-Michel Bérard : jean-michel.berard@nord.pref.gouv.fr

- le fax de la prefecture du Nord : O3 20 30 52 58

- le secrétaire général : pierre-andre.durand@nord.pref.gouv.fr

- la page accueil du site préfectoral http://www.nord.pref.gouv.fr/
Et au niveau ministériel :

- Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 Standard 01 77 72 61 00

- Directeur de cabinet : thierry.couderc@iminidco.gouv.fr

- Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

- Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

- Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

- Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

- Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr

- Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html


D'avance merci,

Le CSP 59

 

Lettre de Théo, frère de cœur d'Ibou Touré, au préfet du Nord

 

Monsieur le Préfet,

Pourriez-vous faire quelque chose pour éviter l'expulsion de mon frère de cœur Ibou Touré. Je l'ai connu à la marche des sans papiers. Ils marchaient de Lille à Paris pour essayer d'avoir leurs papiers mais ils ne les ont pas eu. J'ai fait sa connaissance de Bapaume à Paris et j'ai tout de suite vu qu'il était un vrai sage très gentil et généreux. Je vous en supplie, faites quelque chose pour qu'il ne retourne pas Guinée Conakry sinon il sera tué. Merci de tout cœur.

Théo 9 ½ ans.

 

Lettre de la famille Allaert-Sanchez

 

Monsieur,

J'apprends avec consternation que Monsieur Ibou Touré, de Guinée, est au Centre de Rétention Administrative de Lesquin et que vous voulez le renvoyer dans son pays d'origine où sa vie est en danger. Il se fait que cette fin de semaine, j'ai aidé notre deuxième fils, en sixième, en vérifiant son devoir maison de géographie. Je l'avais fait pour notre aîné aussi, et le document à étudier concerne deux écoliers de Guinée, retrouvés morts dans la soute à bagage d'un avion, à leur arrivée à Bruxelles, il y a quelques années.

Simple maman de quatre enfants aujourd'hui, née en Afrique, au Mali, parce que mes parents travaillaient alors pour l'OMS pour mon père et en coopération catholique pour ma mère, je ne peux que me révolter devant autant d'aveuglement de la part des autorités françaises. Nous savons la chance de vivre dans notre beau pays, nous  n'avons pas le droit d'envoyer à la mort des personnes parce que nous serions un peu dérangés dans nos habitudes.

J'espère que Ibou Touré aura le droit de vivre libre, en terre de paix, en France.

J'ose espérer que l'Etat français, que vous représentez, aura un sursaut d'humanité.

Veuillez, recevoir, Monsieur, mes salutations simplement humaines,

Laura Allaert-Sanchez

 

Lettre de J. Lafosse / Cimade Cergy

Monsieur le Secrétaire Général,

Permettez-moi d'intervenir personnellement auprès de vous pour la situation de Monsieur Ibou TOURE dont l'histoire vous est dite par ailleurs.

Au printemps, lors du passage dans le Val d'Oise de la Marche des Ch'tis dont il faisait partie, j'ai pu vivre des moments intenses avec eux pendant 24 heures. Je ne peux imaginer que pour l'un d'eux, son séjour en France se termine ainsi par une expulsion.

Je me rappelle ce que disait l'un d'entre eux alors qu'ils avaient quitté Lille depuis 15 jours : "plus je traverse la France, plus je l'aime".  Et pourtant j'ai vu, le soir à l'étape, plus d'un pied qui souffrait de cette longue marche. Ils avaient tous la foi, foi en cette France.

Des interpellés, j'en côtoie toutes les semaines dans mon action de bénévole à la Cimade en LRA : je peux vous le certifier, ceux-là même qui ont fait cette marche, sont dignes d'être sur le sol de France.

Je vous le demande avec tout le respect que je peux avoir envers la tâche du Personne préfectoral chargé du Service des étrangers, permettez qu'une autre situation soit faite à Monsieur Ibou TOURE que cette expulsion qui l'attend au bout de sa rétention actuelle.

Confiant dans votre humanité, Je vous prie d'agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l'expression de ma sincère considération.

 

Lettre de Jean-Jacques Candelier / Député du Nord - 16ème circonscription

 

Monsieur le Préfet,

M. Ibou Touré a été arrêté pour la 8ème fois à Lille lundi 6 octobre. Il est depuis maintenu en détention au C.R.A de Lesquin.

Originaire de Guinée, il est entré en France le 10 janvier 2004, ayant dû fuir son pays pour des raisons politiques. De son emprisonnement en Guinée, il retient des sévices corporels, comme l'attestent plusieurs lettres de médecins. M. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il était sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 dans son pays d'origine.

Dès son arrivée en France, M. Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004. Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière, alors qu'une demande d'asile politique est en cours.

La famille de l'intéressé réside en France, son frère et sa femme étant français. Depuis son arrivée en France, il suit d'ailleurs des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), à La Clef, à ID Formation et à la Cimade. Ses recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche et il est également bénévole dans plusieurs associations.

Ses quatre dernières années passées dans notre pays ont permis à M. Touré de tisser de profonds liens d'amitié avec nos concitoyens. Son expulsion serait non seulement inhumaine et incompréhensible au regard de ses efforts pour s'intégrer, mais aussi une perte pour notre pays.

J'en appelle donc à votre haute autorité pour que la vie de cette personne ne soit pas inutilement mise en danger. Je suis convaincu qu'il ne désire qu'une seule chose : rester en France, contribuer à son développement et y réaliser ses projets. Cela passe par sa régularisation.

Dans l'attente d'une réponse positive de votre part, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de mes respectueuses salutations.

 

Lettre de David Noël, Maire-adjoint d'Hénin Beaumont

 

Bonsoir,

Bien reçu votre message.

Voici le courrier que j'envoie au préfet. Je demande aux autres élus qui ont accueilli la marche des sans-papiers à Hénin-Beaumont d'intervenir dans le même sens.

Fraternellement,

David NOËL

PCF Hénin-Beaumont

 

Objet : Procédure d'expulsion d'Ibou Touré.

 

Monsieur le Préfet,

Monsieur Ibou Touré a été arrêté pour la huitième fois à Lille lundi 6 octobre, puis transféré au C.R.A de Lesquin, où le juge a décidé de le maintenir en rétention.

Monsieur Touré est originaire de Guinée Conakry. Il est entré en France le 10 janvier 2004, ayant dû fuir son pays natal menacé par le contexte politique. Il a été emprisonné en Guinée et a subi des sévices qui ont laissé des traces, comme l'attestent plusieurs lettres de médecins. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 en Guinée.

Dès son arrivée en France, Monsieur Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation administrative. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004.  Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. Une demande d'asile politique est en cours.

Ibou Touré a de la famille en France : son frère et sa femme ont la nationalité française. Depuis qu'il est arrivé en France, il suit des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), La Clef, ID Formation et à la Cimade. Ces recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche dans une société de livraison à Sars-Poteries, dans le département du Nord. Il est également bénévole dans plusieurs associations.

De plus, les 4 dernières années passées en France ont permis à Ibou Touré de tisser de profonds liens d'amitié avec des dizaines de personnes, en particulier à Lille et plus largement dans tout le Nord de la France.

Sa vie est en France, auprès de son frère, de ses nombreux amis, de ses camarades bénévoles associatifs, tous révoltés par son maintien en rétention et cette décision incompréhensible et inhumaine d'expulsion. Cette décision le menace, car Ibou Touré est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans son pays natal en Guinée. Une expulsion signifie donc aujourd'hui pour lui emprisonnement, sévices, voire pire!

Le 24 avril dernier, les élus d'Hénin-Beaumont ont accueilli la marche des sans-papiers du Nord. Partis le 19 avril de Lille, les 35 marcheurs sans-papiers sont arrivés le 10 mai à Paris, journée commémorative de la traite et de l'esclavage des Noirs, crime contre l'Humanité.

Présente aux côtés des sans-papiers, la municipalité d'Hénin-Beaumont a accueilli ces hommes et ces femmes courageux et dignes. J'ai personnellement rencontré Ibou Touré. Avec d'autres élus d'Hénin-Beaumont, j'ai passé la nuit dans un gymnase aux côtés des marcheurs sans-papiers, en signe de solidarité.

En cette année 2008 qui marque le quarantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, je ne peux m'empêcher de penser à ce qu'écrivait le futur Prix Nobel de la Paix : « Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier ».

Ce principe a toujours guidé mon engagement d'élu, de syndicaliste, de militant associatif et je ne doute pas qu'il guide aussi votre action.  

Pour ces raisons, je vous demande Monsieur le Préfet, de bien vouloir reconsidérer votre décision. Je fais appel à votre conscience et à votre humanité. Je vous demande d'arrêter cette machine administrative aveugle et inhumaine, je vous demande de régulariser la situation de Monsieur Ibou Touré, afin de permettre à un frère de continuer à vivre auprès de son frère et à un jeune homme près de ses amis en France, parmi nous. Ibou ne souhaite qu'une chose : rester en France, travailler et réaliser ses projets d'avenir dans notre pays.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de ma très haute considération.

 

Lettre de Laure Olivier, conseillère municipale d'Arras

 

Monsieur le Préfet du Nord,

J'ai l'honneur d'attirer votre attention sur le cas de Monsieur Ibou TOURÉ.

Arrivé en France en 2004, Monsieur Touré avait fui la Guinée en 2004, à la suite d'une fusillade dont il avait été victime à la sortie d'une mosquée. Opposant du régime guinéen, il avait alors fui son pays via le Sénégal. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 en Guinée. A ce titre, le cas de Monsieur Touré semble donc pleinement relever de la Convention de Genève de 1951.

Monsieur Ibou Touré a été arrêté pour la huitième fois à Lille lundi 6 octobre, puis transféré au C.R.A de Lesquin, où le juge a décidé de le maintenir en rétention.

Dès son arrivée en France, Monsieur Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation administrative. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004.  Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. Une demande d'asile politique est en cours.

Ibou Touré a de la famille en France : son frère et sa femme ont la nationalité française. Depuis qu'il est arrivé en France, il suit des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), La Clef, ID Formation et à la Cimade. Ces recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche dans une société de livraison à Sars-Poteries, dans le département du Nord. Il est également bénévole dans plusieurs associations. Sa vie est en France, auprès de son frère, de ses nombreux amis, de ses camarades bénévoles associatifs dans toute la région Nord-Pas-de-Calais.

Pour ces raisons, je vous demande, Monsieur le Préfet, de bien vouloir reconsidérer votre décision et de régulariser la situation de Monsieur Ibou Touré, afin de permettre à un frère de continuer à vivre auprès de son frère et à un jeune homme près de ses amis en France, parmi nous.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de ma considération.

Laure OLIVIER

 

Lettre de T'OP! Théâtre de l'Opprimé

 

Monsieur le Préfet,

Notre association lutte contre les discriminations. Vous-même, monsieur le Préfet, vous nous avez reçu en préfecture, en juillet 2007 pour y jouer un spectacle « contre les discriminations », à l'initiative de Madame Klein. Nous vous demandons, au nom de deux convictions que nous avons en commun : « l'humanisme » et le « refus des discriminations », d'éviter à Ibou Touré une expulsion: il veut tout simplement vivre ici, en y travaillant.

Monsieur le Préfet, soyez assuré de notre détermination citoyenne.

JF Martel directeur de TOP-Théâtre de l'Opprimé. 

 

Lettre au préfet du Nord :

 

Monsieur le Préfet du Nord,

Monsieur Ibou Touré a été arrêté pour la huitième fois à Lille lundi 6 octobre, puis transféré au C.R.A de Lesquin, où le juge a décidé de le maintenir en rétention.

Monsieur Touré est originaire de Guinée Conakry. Il est entrée en France le 10 janvier 2004, ayant dû fuir son pays natal menacé par le contexte politique. Il a été emprisonné en Guinée et a subi des sévices qui ont laissé des traces, comme l'attestent plusieurs lettres de médecins. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 en Guinée.

Dès son arrivée en France, Monsieur Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation administrative. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004.  Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. Une demande d'asile politique est en cours.

Ibou Touré a de la famille en France : son frère et sa femme ont la nationalité française. Depuis qu'il est arrivé en France, il suit des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), La Clef, ID Formation et à la Cimade. Ces recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche dans une société de livraison à Sars-Poteries, dans le département du Nord. Il est également bénévole dans plusieurs associations.

De plus, les 4 dernières années passées en France ont permis à Ibou Touré de tisser de profonds liens d'amitié avec des dizaines de personnes, en particulier à Lille et plus largement dans tout le Nord de la France.

Sa vie est en France, auprès de son frère, de ses nombreux amis, de ses camarades bénévoles associatifs, tous révoltés par son maintien en rétention et cette décision incompréhensible et inhumaine d'expulsion. Cette décision le menace, car Ibou Touré est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans son pays natal en Guinée. Une expulsion signifie donc aujourd'hui pour lui emprisonnement, sévices, voire pire !

Pour ces raisons, nous vous demandons Monsieur le Préfet, de bien vouloir reconsidérer votre décision. Nous faisons appel à votre conscience et à votre humanité. Nous vous demandons d'arrêter cette machine administrative aveugle et inhumaine, nous vous demandons de régulariser la situation de Monsieur Ibou Touré, afin de permettre à un frère de continuer à vivre auprès de son frère et à un jeune homme près de ses amis en France, parmi nous. Ibou ne souhaite qu'une chose : rester en France, travailler et réaliser ses projets d'avenir dans notre pays.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération.

Partager cet article

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article

commentaires