Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Comité
des sans papiers 59

Manifestation 
tous les mercredi
Place de la République 
à Lille, 18 heures 30


Régularisation
de tous les Sans Papiers!

42 rue Bernos
59800 Lille-Fives
csp59@wanadoo.fr

flyer-bonhomme.jpg








Pour commander
"La république à l'école
des Sans Papiers"...
adressez vos chèques
à IDM, 42 rue Bernos
Lille-Fives
(24 euros)















Présentation

Liens

24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 16:51

Samedi 23 juillet 2011, 9H.

A l’appel du CSP59, de nombreux soutiens et Sans-Papiers investissent les abords du Palais de la Justice, avenue du Peuple Belge à Lille pour soutenir DIAKHABY LAMIN que le Préfet BUR a assigné au pénal pour refus de collaboration !!! Ce représentant de l’Etat dans notre Région reproche à DIAKHABY LAMIN d’avoir refusé de signer un document l’obligeant à se réclamer de la protection de la Guinée pour pouvoir l’expulser. Parti de son pays la Guinée, depuis 2001 ; où il courait des risques vitaux sous le dictateur LANSANA CONTE que soutenait la France, DIAKHABY LAMIN revendique son intégration au terme d’une présence permanente et ininterrompue de 10 ans. Depuis 2001 qu’il est en France, il travaille dans le bâtiment pour subvenir aux besoins de sa modeste famille, sa conjointe en situation régulière et une fille de 9 mois. Il possède en effet des compétences réelles en tant que peintre. Sa compagne possède un diplôme d’agent d’entretien, elle attend leur deuxième. DIAKHABY LAMIN garde encore des séquelles de la grève de faim de 2007 à laquelle il avait participé. Evacué de la bourse du travail de Lille et transféré au Centre Hospitalier de Valenciennes, il avait été « jeté » sur les trottoirs de cet hôpital sur l’ordre de Daniel CANEPA, le Préfet de l’époque, pour l’obliger à capituler. Dans le même temps, l’Elysée avait convoqué l’ambassadrice de Guinée en France dans le même but.

Alors qu’on apprenait du greffe pénal l’assignation à résidence de DIAKHABY LAMIN ce samedi 23 juillet vers 18heures, et sa comparution fixée au 9 août à 14 heures, 4 policiers de la BAC, descendaient d’une Ford Mondeo Bleue, immatriculée 32CYD59, et pénétraient dans le Hall de l’immeuble où se trouve le local des Sans-Papiers, géré par l’association IDM pour tenter d’y effectuer des contrôles d’identité.

Il y a quelques semaines, le CSP59 avait dénoncé auprès du cabinet du Préfet une tentative de rafle sur le seuil du local des Sans-Papiers. Le CSP59 rappelle à Monsieur BUR que la loi n’autorise aucunement des policiers d’effectuer des contrôles aux faciès même s’ils interviennent dans le cadre d’un contrôle d’identité ou d’une enquête préliminaire.

Cette intrusion est un acte arbitraire, un abus d’autorité et comme le CSP59 l’avait déjà dit dans sa lettre au Préfet BUR (lettre restée à ce séjour sans suite – démontrant le peu d’égard que ce Préfet a pour des étrangers parce que Sans-Papiers) comme une remise en cause des libertés publiques que même la crise économique actuelle ne saurait justifier. Le CSP59, avec ses partenaires et ses soutiens se réserve le droit d’intenter toute action qui de droit.

« L’histoire nous a appris, que l’arbitraire ne s’arrête jamais aux catégories que l’on visait à l’avance. Bien sûr, les deux séquences 1940-1945 et 2000-2011, ne sont pas globalement comparables : les circonstances diffèrent et la première séquence est beaucoup plus tragique puisqu’elle se terminait par l’extermination des juifs. La différence précise entre les deux situations tient pour l’essentiel à la présence des hitlériens et dans les ordres qu’ils donnaient. Ce sont eux qui déportaient les juifs que la police française avait raflés. Du côté de l’Etat français cependant, plus précisément du côté des procédures administratives et policières qu’il avait mis en place pour traquer les juifs, on constate des similitudes remarquables avec ce que l’on voit aujourd’hui, à l’encontre des immigrés irréguliers : arrestations au petit jour, rafles, contrôles d’identité, convocations pièges, interpellations des enfants dans les écoles. »

Le CSP59 demande au Préfet de régulariser DIAKHABY LAMIN notamment pour les motifs évoqués et de faire cesser les contrôles sélectifs que les policiers ont pris l’habitude d’effectuer aux alentours du local associatif où les Sans-Papiers se rendent pour « construire » leur régularisation. Parallèlement à cette lepénisation clairement assumée jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, de plus en plus de Français s’indignent de ce traitement réservé aux humains parce que nés ailleurs et rejoignent la lutte des Sans-Papiers, s’organisent, et sauront bientôt répondre à cette agression. Et victorieusement.

Partager cet article

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article

commentaires