Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog du Comité
des sans papiers 59

Manifestation 
tous les mercredi
Place de la République 
à Lille, 18 heures 30


Régularisation
de tous les Sans Papiers!

42 rue Bernos
59800 Lille-Fives
csp59@wanadoo.fr

flyer-bonhomme.jpg








Pour commander
"La république à l'école
des Sans Papiers"...
adressez vos chèques
à IDM, 42 rue Bernos
Lille-Fives
(24 euros)















Présentation

Liens

31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 00:32

Pour ne pas apparaître « laxiste » aux yeux des le Pen, après avoir amené l’un des grévistes de la faim dans un état intransportable à la cour d’appel de Douai et malgré l’ordonnance qui précise « L'ordonnance de prolongation de rétention précise que « le préfet s'engage par ailleurs à soumettre les deux sans papiers à une mesure d'examen médical », VALS et le préfet du nord viennent d’amener nos deux camarades à l’aéroport Charles De Gaulle.

Cet acte montre que tous les communiqués préfectoraux « d’ouverture, de dialogue et d’engagement » ne sont en réalité que du papier gaspillé à déchirer à la première occasion.

L’Etat dit publiquement une chose et agit différemment, c’est le début du règne d’une inhumanité dont on ne fait que commencer à voir poindre le bout du nez.

L’affaire Aurore Martin a annoncé des pratiques de l’ambitieux M. VALS qui peut dépasser en acte Sarkozy/Guéant/Hortefeux/Besson. VALS a osé « extrader » (sic !) une Française en Espagne et ose amener des grévistes de la faim à l’aéroport en vue de les expulser, lesquels avaient été libérés par le JLD en première instance avant que la cour d’appel n’annule la décision de les libérer sous réserve que le « préfet s’engage par ailleurs à soumettre les deux sans papiers à une mesure d’examen médical ».

Le CSP59 avait souhaité que soit évité l’acharnement qui consiste à ajouter au contentieux de la grève de la faim une prise en otage puis une punition des deux grévistes de la faim au CRA.

Le CSP59 dénonce la perfidie inhumaine du Ministère de l’intérieur et de la préfecture qui se soumet aux injonctions et aux provocations xénophobes du FN au nom de ne pas apparaître « angélique » ou « laxiste ».

L’histoire dira quelles ignominies l’ambitieux VALS est-il prêt à faire et refaire pour utiliser comme SARKOZY le ministère de l’intérieur dans une stratégie de préparation de la succession de Hollande et de conquête du pouvoir présidentiel.

Le CSP59 appelle à la mobilisation de tous pour dire NON A UNE POLITIQUE SOCIALISTE COPIE DU SARKOZISME QUI LUI-MEME IMITAIT LE FN EN FAISANT LE LIT ELETORAL DES LE PEN.

 

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 17:51

Ils, elles étaient 83 à poursuivre la grève de la faim après la consultation du 19 décembre suite à la rencontre avec la préfecture. Ils, elles sont 66 à poursuivre leur mouvement de grève de la faim après la consultation de ce jour de noël.

Cette décision des sans papiers grévistes de la faim survient après le compte rendu de la rencontre avec la préfecture qui a consisté à lire puis faire une explication de texte du communiqué du préfet qui dit ceci : « Une nouvelle rencontre a été organisée ce lundi 24 décembre en préfecture avec le comité des sans papiers (CSP) 59 en présence de représentants de la LDH et du MRAP. Le préfet appelle à nouveau à la responsabilité de chacun et demande instamment aux personnes se déclarant en grève de la faim de cesser leur action qui met leur santé en danger. Il rappelle que les situations des personnes signalées aux services de la préfecture sont examinées au cas par cas : - 40 personnes sont actuellement en situation régulière dans notre pays dans la mesure où elles ont déposé une demande d’asile - 9 personnes qui pourraient être régularisées ont été invitées à se présenter en préfecture du Nord, ce mercredi 26 décembre - 44 autres personnes dont la situation est susceptible d’entrer dans les critères de la circulaire du 28 novembre sur l’admission exceptionnelle au séjour, ont également été invitées à se présenter en  préfecture, dès ce mercredi 26 décembre, pour déposer ou compléter leur dossier - 37 personnes dont les dossiers connus des services de la préfecture ne satisfont pas aux critères de la circulaire sont invitées à se présenter pour faire valoir le cas échéant les éléments nouveaux qui justifieraient un nouvel examen dans le cadre de cette circulaire - enfin, 31 personnes pour lesquelles la préfecture ne dispose d’aucun dossier à ce jour, sont également appelées à déposer un dossier complet auprès de ses services et répondant aux critères de la circulaire. Toutes les personnes qui remettront un dossier complet se verront délivrer une attestation de dépôt leur permettant de justifier que leur situation est en cours d’examen. Compte-tenu de ces propositions, le préfet invite le CSP 59 et l’ensemble des associations accompagnant les démarches des étrangers en situation irrégulière à permettre le bon déroulement de l’instruction des dossiers et souligne que tout trouble à l’ordre public ne peut que nuire à la poursuite d’un dialogue serein et apaisé ».

A la lecture expliquée de ce communiqué du préfet, nous avons ajouter les informations suivantes : - la demande a été rejetée par la préfecture de libération des deux au CRA sur les huit grévistes sans papiers arrêtés lors de l’évacuation de l’Eglise Saint Maurice à la demande du diocèse, qui a de surcroît porté plainte pour « dégradation » (les huit sont convoqués au TGI en juin 2013) et aucune réponse – ni oui, ni non – n’a été donnée par la préfecture à la demande de nous donner les listes nominative des 40 sous récépissés, des 31 « inconnus » de la préfecture, des 37 qui sont refusés à la régularisation sur la base de la circulaire.   

Il est clair qu’après ce compte rendu, les à priori préfectoraux et d’une certaine presse aux ordres (après la subordination de certains hospitaliers) qui se sont exprimés ou mentent encore une fois sur les « responsables », les « militants », et autres « manipulateurs des grévistes de la faim » ne sont en réalité que stratagème dans le cadre du déni de la grève de la faim par le préfet qui a laissé se développer celle-ci jusqu’à plus de 50 jours aujourd’hui.

Le CSP59 demande encore une fois la prise en compte de la grève de la faim sur la base des faits suivants énoncés par l’actuel président de la République : - « pas de régularisation massive, cas par cas, réparation des injustices causées par le gouvernement précédent », ce qui permet des engagements clairs et échelonnés du préfet.

Le CSP59 demande au ministre de l’intérieur d’intervenir pour sortir de la crise humanitaire grave qui s’installe à Lille parce que le préfet a été sourd à la simple revendication du droit à la défense argumentée qu’il vient seulement d’accepter maintenant après près de 50 jours de grève de la faim.

Les inquiétudes apparentes de la préfecture sur l’état de santé des sans papiers grévistes ne doivent pas demeurer qu’une simple « stratégie de pression » sur la délégation du CSP59 lors des rencontres, elles doivent concrètement devenir une prise en compte de la grève de la faim comme une réalité dans laquelle l’Etat Français, la préfecture du nord ont une responsabilité indéniable.

Les avancées actuelles de la préfecture sont certes d’un très grand intérêt pour l’état de droit, les valeurs de la république, la démocratie Française et pour le CSP59 (sans papiers grévistes et non grévistes).

Mais manifestement les réponses de poursuites de 66 sans papiers grévistes de la faim au 53éme jour lors de la consultation expriment la nécessité de prendre en compte leur refus de s’alimenter. Il est frappant de constater que même des sans papiers grévistes de la faim « régularisables » de la liste des 44 ont décidé de poursuivre leur refus de s’alimenter. ON NE PEUT DIRE PLUS CLAIRMENT AU PREFET QUE LA CONFIANCE NE REGNE PLUS ( le refus de libérer les deux qui sont détenus au CRA)  !!

 

Le CSP59 annonce que ce mardi 25 décembre, le SAMU sera appelé pour aider à la réalimentation médicalisée des sans papiers grévistes qui ont suspendu et le mercredi 26 décembre les sans papiers, notamment grévistes des 9 « régularisés », des 44 « régularisables », 31 « inconnus » et 37 « refusés » seront accompagnés en préfecture si leur état le permet afin de procéder aux actes administratifs les concernant.

Le CSP59 :

- appelle à un rendez vous de solidarité avec les sans papiers grévistes de la faim tous les jours au parvis de l’église Saint Maurice à 18h,

- invite les élus à visiter les deux honteusement détenus au CRA en vertu d’un détournement de procédure,

- demande à l’Evêque de Lille de retirer la plainte pour « dégradation » ( ?!) prétexte de la rétention au CRA des deux grévistes,

- réitère à la Mairie de Lille d’installer des toilettes chimiques sur le parvis de l’église Saint Maurice,

- demande un nouveau rendez vous urgent en préfecture pour une prise en compte de la grève de la faim,

- appelle à la manifestation au 58éme jour le samedi 29 décembre à place de la République.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 11:25

Plusieurs centaines de manifestants ce samedi 22 décembre à Lille en solidarité avec les sans papiers grévistes de la faim dont surtout 117 sans papiers des CSP Parisiens au son des djembés qui ont tenu à marquer leur fraternelle solidarité aux sans papiers grévistes de la faim au 51éme jour de leur mouvement de refus de s’alimenter.

Cette belle et grave manifestation s’est déroulée le lendemain d’une expulsion demandée par le prêtre des sans papiers grévistes de la faim de l’Eglise Saint Maurice de Lille, rue de Paris.

En prenant la grave décision de ne pas donner refuge aux grévistes sans papiers en détresse et en demandant l’évacuation le prêtre et sa hiérarchie ont pris la GRAVE RESPONSABILITE de la mise en garde à vue – de 23h le 21 décembre à 19H environ le 22 décembre 2012 – de la mise en détention au CRA de deux grévistes sans papiers de la faim menacés d’expulsion du territoire de ce fait.

Après cela le diocèse de Lille peut dans son communiqué « regretter les opérations coups de poings de certaines organisations qui mettent en danger des personnes, déjà en grande détresse » et espérer que « le dialogue va se poursuivre entre les pouvoirs publics et ces personnes sans papiers sur des solutions qui sont déjà (sic !) en cours ». Qu’à la veille de noël le diocèse de l’Eglise de Saint Maurice puisse écrire une telle monstruosité – se subordonnant de surcroît à la préfecture en parlant de « solution en cours » - est tout simplement offensant pour les catholiques qui croient au message humaniste de l’enfant Jésus !

La fraternité, c’est accueillir les sans papiers grévistes de la faim qui se réfugient dans la maison de Dieu pour demander de l’aide afin que le préfet reconnaisse leur grève de la faim et refuser que des grévistes de la faim soient mis en CRA en vue de l’expulsion du territoire à partir de la liste déposée par le CSP59 en préfecture en vue de la régularisation.

Les sans papiers grévistes de la faim sont installés sur le parvis sous des tentes subissant un déluge d’eau et de froid. LA MAIRIE DE LILLE DOIT METTRE A LEUR DISPOSITION DES TOILETTES afin que les sans papiers grévistes de la faim puissent satisfaire des besoins naturels. Un grand merci aux petits commerçants de la rue de Paris qui leur permettent d’aller au wc, vous faites partie de cette France QUE NOUS AIMONS, CELLE DE LA FRATERNITE DE TOUS LES HUMAINS ET DU VIVRE ENSEMBLE DANS L’EAGLITE DES DROITS.

Le CSP59 demande à l’Eglise de Saint Maurice d’ exiger à la préfecture la libération et la régularisation des deux grévistes de la faim enfermés au CRA de lesquin ;

Le CSP59 demande au préfet de poursuivre l’examen de la liste portée par la grève de la faim en prenant en compte l’existence d’une vraie et réelle grève de la faim ;

Le CSP59 espère qu’à plus de 50 jours de grève de la faim le sens des responsabilités et de l’humanité sur la base de la reconnaissance par l’actuel président de la République que le précédent – M. Sarkozy – dans sa dérive lepénisante à causer de graves tords aux sans papiers qui doivent être réparés. Dans le registre des graves tords, force est de constater OBJECTIVEMENT que les sans papiers et militants du CSP59 ont été VICTIMES D’une INJUSTICE INNOMABLE SOUS L’ERE SARKOZY/CANEPA.

Alors le préfet et le ministre VALS doivent réparer en régularisant tout en respectant l’engagement du président-candidat M. Hollande qui avait dit « pas de régularisation massive, mais cas par cas juste sans arbitraire et avec égalité de traitement ».

Dès que nous recevons le rapport médical des médecins Belges, notamment du professeur de médecine de l’UL Bruxelles que nous enverrons au préfet, au Ministre de l’intérieur, au Premier Ministre et au président Hollande et à toute l’opinion publique pour que personne ne puisse dire un jour : « on ne savait pas ».

Le CSP59 demande une réunion urgente dès ce lundi 24 décembre 2012 avec le préfet du nord pour qu’après les résultats donner le 19 décembre sur la seule base de la circulaire des résultats soient donnés prenant en compte l’existence d’une vraie grève de la faim dans la perspective d’éviter à l’avenir de « tuer l’espoir » qui pousse à une action aussi désespérée que le refus de s’alimenter pour être entendu par les autorités.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 10:44

MANIFESTATION REGIONALE DE SOLIDARITE AVEC LES SANS PAPIERS GREVISTES DE LA FAIM SAMEDI 22 DECEMBRE A 15 H PLACE DE LA REPUBLIQUE A LILLE


Dans le communiqué à la presse du 21 décembre le Préfet déclare : « les personnes qui soutiennent ce mouvement ont la responsabilité de présenter complètement et fidèlement les propositions qui ont été faites en application de la circulaire du 28 novembre 2012 du Ministre de l’Intérieur relative à l’admission exceptionnelle au séjour ». Ces propos sont tout simplement provocateurs et irresponsables. Le Préfet sous-entend en effet que le porte-parole du CSP59, qui a pris solennellement l’engagement de rendre compte aux grévistes des décisions de la préfecture, puis de consulter les grévistes sur le choix de poursuivre ou de suspendre leur mouvement de grève de la faim, aurait déformé celles-ci. Le même Préfet a pourtant déclaré officiellement qu’il restait ouvert au dialogue et qu’il voulait une discussion sans tabou. Comment le Préfet peut-il prôner une discussion franche et sans tabou et dans le même de temps tenter de jeter le discrédit sur un mouvement qui a largement fait la preuve de sa capacité de faire ce qu’il dit et de dire ce qu’il fait et dont la crédibilité n’est plus à démontrer. Un peu de respect Monsieur le Préfet ! 

Dans le même communiqué le Préfet poursuit : « les personnes se déclarant en grève de la faim doivent désormais se réalimenter en attendant que leurs dossiers puissent être examinés ». La préfecture du Nord fait ici la démonstration que le premier examen porté par la liste de la grève de la faim s’est fait dans le déni de la grève de la faim. Cet aveu révèle la non prise en compte de la grève de la faim et des raisons qui l’ont suscitée. Monsieur le Préfet n’oubliez pas que c’est votre refus d’entendre la première revendication, le droit à la défense argumentée par le CSP59, qui a poussé les sans papiers à déclencher une grève de la faim le 2 novembre dernier. La responsabilité qui est la vôtre dans cette situation, Monsieur le Préfet, vous impose de répondre à une situation d’exception par une réponse exceptionnelle : la satisfaction des revendications portées par les grévistes de la faim. Monsieur le Préfet vous ne pouvez aussi ignorer que cette situation est aussi le résultat de la politique menée sous l’ère Sarkozy que le gouvernement actuel s’est engagé à réparer.

Dans ce même communiqué vous opposez les sans papiers grévistes de la faim aux autres patients se présentant aux urgences des hôpitaux sous entendant de ce fait que les grévistes de la faim ne seraient pas des patients comme les autres. L’égalité de traitement c’est aussi pour les sans papiers ! Nous sommes ahuris de constater la subordination de certains responsables hospitaliers qui reprennent à leur compte l’idée que les sans papiers ne seraient pas des patients comme les autres. Un gréviste de la faim a été sorti de l’hôpital le 19 décembre alors qu’il présentait une fréquence cardiaque à 42 pulsations minute et donc à la limite du coma avec séquelles graves et danger mortel ( cf pièces jointes) . Pour preuve ce même patient sera réadmis avec les services du SAMU 15 minutes après son expulsion de l’hôpital. Nous sommes choqués de lire dans la presse la déclaration de responsables du CHRU de Lille et de l’hôpital Saint Vincent qui énoncent : « aucune hospitalisation prolongée au-delà de 48h ne s’est avérée nécessaire jusqu’à ce jour ». De tels propos insinuent que la grève de la faim ne serait pas réelle, et accompagne votre déni de la grève de la faim. Compte tenu de cette subordination de certains responsables hospitaliers, le CSP59 fait appel à des médecins belges qui examineront les grévistes ce samedi 22 décembre et rendront public leurs rapports médicaux.

Monsieur le Préfet vous nous appelez à la responsabilité alors que vous utilisez au même moment les forces de l’ordre pour évacuer des grévistes de la faim au 50eme jour de l’Eglise du Parvis Saint Maurice les contraignant ainsi à passer la nuit sur le Parvis de l’Eglise. Faut-il aussi vous rappeler que cette occupation est le résultat de votre déni de leur grève de la faim. De plus vous avez arrêté 8 grévistes de la faim et pour se faire vous avez déloyalement utilisée la liste remise par le CSP59 qui croyait que la discussion serait « apaisée, transparente » (communiqué de la Préfecture du 6 décembre).

Comme indiqué dans la lettre ouverte des organisations et des personnalités « il est urgent Monsieur le Préfet de prendre en compte la réalité de cette grève de la faim et de passer aux actes pour que cesse la grève de la faim ».

Monsieur le Préfet, la régularisation c’est maintenant !

Repost 0
Published by soutiens du CSP59
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 23:53

Mardi 11 décembre matin, les 10 grévistes de la faim accueillis aux urgences du CHR de Lille tard dans la soirée de lundi , sont sortis par le service de sécurité du CHR et amenés dans le hall de la station de métro « Calmette ».

A la demande de Transpole, les services de police et de la PAF les emmènent au commissariat central pour, dans un premier temps, un contrôle d’identité.

A l’issu de ce contrôle, le traitement des situations de ces 10 grévistes de la faim alors au 41ème jour de grève de la faim, connaîtra l’arbitraire le plus total.

Huit d’entre eux seront jetés à la rue après s’être vus notifiés des Procès Verbaux et une amende de 132€ (l’un d’entre se verra également notifié un OQTF). Un gréviste de la faim sera envoyé vers un CHRS de Roubaix après avoir été, selon ses propos, malmené par les policiers et le dernier sera transféré au CRA de Lesquin.

L’état de santé de M.F est inquiétant, deux jours plus tôt lors du dernier contrôle connu au CH de Douai, il était en hypoglycémie avancée et présentait un état général dégradé (douleurs musculaires, douleurs aux reins). Il a perdu 14kg.

Lors de son arrivée au CRA, il demandera vainement un suivi médical qui ne sera effectif que le lendemain matin par l’infirmier du CRA.

Après avoir rencontré l’Ordre de Malte, association assurant une permanence à l’intérieur du Centre de Rétention de Lesquin, M.F apprend qu’il ne peut bénéficier d’une demande d’asile car il est sous le coup des « accords Dublin » et que son expulsion vers l’Espagne peut être rapide.

Manifestement le traitement singulier de la situation de M.F témoigne d’une volonté préfectorale de faire de ce cas particulier une victime, un otage, un outil de pression pour casser la détermination des grévistes de la faim à faire valoir leur soif de justice.

Tard dans la soirée de mercredi, M.F aura vent de la confirmation de sa réadmission en Espagne et donc de son expulsion imminente.

Contacté par le Comité des Sans Papiers très tard dans la soirée, Jean-Jacques Candelier député maire du Douaisis, bénéficiant au titre de son statut de parlementaire d’un droit de visite à tout moment dans les centres de rétention, accepte au nom de l’égalité et des valeurs de la République Française de rendre visite à M.F et de répondre à sa demande d’hospitalisation compte tenu de son état de santé lié à sa grève de la faim.

J. J Candelier entre aux alentours de 1h du matin au CRA de Lesquin, où il est reçu par le Capitaine du Centre, sa demande d’hospitalisation de M.F compte tenu de son état de santé et de son extrême faiblesse physique, sera entendue. M.F sera accompagné par ambulance escortée par les services de la PAF aux urgences du CHR de Lille dans la nuit .

Ce jeudi 13 décembre dans la matinée M.F quitte les urgences du CHR de Lille pour se voir transféré dans une unité psychiatrique de l’EPSM Métropole à Tourcoing toujours sous surveillance de la PAF.

M.F poursuit sa grève de la faim, déterminé dans sa soif de justice et malgré l’acharnement préfectoral dont il fait l’objet.

En fin d’après-midi il s’est vu remettre au centre de psychiatrie une convocation au Tribunal administratif de Lille à 8h30 ce vendredi 14 décembre.

Le CSP59 remercie chaleureusement J.J Candelier pour son soutien et sa mobilisation au service des valeurs républicaines en soutien à la juste lutte des Sans Papiers.

 

EXIGEONS  LA PRISE EN COMPTE
DES REVENDICATIONS DES GRÉVISTES DE LA FAIM !!!

Ce vendredi 14/12 le TA de Lille vient de libérer M.F  : une nouvelle victoire!

SOYONS TOUS MOBILISES DEMAIN SAMEDI 15H Place de la République

pour soutenir les revendications des grévistes.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 16:21

SAMEDI 15 DECEMBRE A 15H PLACE DE LA REPUBLIQUE AU 46éme JOUR : GRANDE MANIFESTATION DE SOLIDAIRTE AVEC LES GREVISTES DE LA FAIM SANS PAPIERS !

SAMEDI 22 DECEMBRE A 15H PLAC E DE LA REPUBLIQUE AU 53éme JOUR : GRANDE MANIFESTATION DE SOLIDARITE AVEC LES GREVISTES DE LA FAIM SANS PAPIERS !

Tous les jours à 18h rassemblement Place de la République pour organiser le soutien aux grévistes de la faim

Dès l’évacuation du temple de l’église réformée, les grévistes de la faim sont éparpillés dans les structures d’hébergement "Grand Froid" pour la majorité et dans les hôpitaux pour la minorité qui est systématiquement jeté ensuite aux portes des urgences comme c’est le cas des 7 grévistes qui ont passé la nuit d’hier à moins 4 à terre devant l’hôpital Saint Vincent. Le message implicite : la grève de la faim n’existe pas, c’est une invention machiavélique du CSP59.

Les témoignages sont nombreux signalant que certains grévistes vomissent de la bile et du sang, qu'après avoir difficilement obtenu une ambulance, les grévistes sont emmenés dans les hôpitaux où ils sont confrontés à un chantage d'examens en contrepartie d'une perfusion. Si ils refusent la perfusion, ils se voient délivrer de facto un bon de sortie et jetés à la rue avec des données du genre « grippe ».

Certains foyers d'hébergement ont sollicité auprès des sous préfecture une antenne médicale, ils se sont vu refuser cette demande. Les inquiétudes liées à la santé de plus en plus dégradée des grévistes de la faim sans papiers s’expriment sur la situation dans laquelle les structures d’hébergement sont ainsi mises du fait de la stratégie préfectorale qui consiste à invisibiliser la grève de la faim en traitant les Sans Papiers non pas comme des grévistes de la faim nécessitant une surveillance médicale à 42ème jour aujourd’hui de grève de la faim, mais comme des SDF avec difficultés sociales (voir le certificat joint en PJ).

Dans des hôpitaux dans lesquels les grévistes ont été orientés les certificats sont truffés d'erreur. Un des grévistes est signalé comme pesant 99kg alors que pesé dans le centre d'hébergement où il est arrivé quelques heurs plus tard à sa sortie d'hôpital, il pèse 62kg!!!

Plusieurs grévistes de la faim présentent à ce jour des glycémies inquiétantes, malgré cela ils sont mis dehors des hôpitaux et jetés à la rue alors que leur état de santé nécessite une surveillance médicale (voir les documents joints) !!!

Quelle est la stratégie de la Préfecture? Ignore t- elle qu’une grève de la faim peut entraîner des séquelles pour la vie des grévistes ? Est-elle en train de jouer avec la vie de ces hommes et de ces femmes qui ne demandent qu'une seule chose : le droit de pouvoir vivre dignement dans ce pays.  

Alors que suite à la rencontre en Préfecture du 07/12 le CSP59 accompagné de la LDH, du MRAP, du GRIAM et du Collectif Afrique, il a été convenu que la liste portée par la grève de faim serait déposée en Préfecture ce lundi 10/12/12, les pressions auprès des grévistes de la faim ne cessent d'augmenter (l’un est détenu au CRA de Lesquin et d’autres ont passé la nuit et sont toujours devant l’hôpital Saint Vincent), la Préfecture et le ministre de l'intérieur poursuivent leur acharnement et refusent d'entendre la juste revendication des Sans Papiers en grève de la faim.

Il est effroyable de constater que dans le pays historiquement berceau des droits de l’homme l’hôpital est transformé en officine d’exécution des décisions de la préfecture.

L’Etat déclare son plan « grand froid », mais fait jeter à la porte des hôpitaux dans le grand froid à terre des humains parce que nés quelque part ailleurs à plus de 42 jours de grève de la faim. Le Ministre de l’intérieur M. VALS et le Préfet punissent ces hommes, ces femmes et ces familles QUI OSENT EXIGER D’EUX LA FIN VERITABLE DE L’ERE SARKOZY ET D’UNE POLITIQUE QUI FAIT D’EUX, D’ELLES LES ETERNELS OTAGES ELECTORALISTES DU LEPENISME FASCISTE.

Le CSP59 appelle les élus REPUBLICAINS, les DEMOCRATES du monde de la CULTURE, des ARTS, de la MUSIQUE, du CINEMA, du SPORT, les SYNDICALISTES, les responsables ASSOCIATIFS, les AUTORITES RELIGIEUSES DE TOUTES LES CONFESSIONS à EXIGER que s’arrête LA REPRESSION INHUMAINE SUBIE PAR LES GREVISTES DE LA FAIM. 

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 00:09

Le 64eme anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l'Homme, notamment rédigée par Stéphane Hessel, est célébrée par le Préfet Dominique BUR qui vient de kidnapper et prendre en otage un gréviste de la faim, qui vient d'être placé au centre de rétention de Lesquin.

Au 41eme jour les grévistes de la faim sont jetés à terre par les autorités hospitalières puis mis en garde à vue avant d'être à nouveaux rejetés à terre devant le commissariat central de Lille dans le pays théoriquement berceau des Droits de l'Homme.

Le CSP59 demande aux élu-e-s de la République à aller rendre visite le gréviste de la faim incarcéré au centre de rétention de Lesquin et à venir voir les grévistes de la faim jetés à la rue devant le commissariat de Lille.

Le CSP59 exige la libération du détenu/otage du préfet et la ré hospitalisation de tous les grévistes de la faim à la rue.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 00:06

Hier soir, dans la nuit du 10 au 11 décembre, 10 sans papiers au 40eme jour de leur grève de la faim ont été jetés à terre devant les urgences de l'hôpital Salengro. Les responsables de l'hôpital  ont menti en déclarant que ce sont les grévistes  qui ne voulaient pas rester à l'hôpital. La mobilisation des sans papiers, des soutiens, et la détermination des grévistes de la faim a conduit les autorités hospitalières à les ramener à l'intérieur.

Dès ce matin, 8h30, les grévistes de la faim sont expulsés à nouveau de l'hôpital et jetés à terre devant les urgences. Vers 9h le service de sécurité de l'hôpital est utilisé pour les repousser vers le métro Calmette. Une fois au métro Calmette, la police nationale les arrête et les conduit au commissariat central de Lille pour les placer en garde à vue. A partir de 16h30, au fur et à mesure, ils sont relâchés et jetés à terre devant le commissariat. Un d'entre eux a été gardé. Celui-ci, gardé, a déclaré la veille à l'hôpital, et cela figure dans son bulletin de sortie de l'hôpital: "le Préfet veut ma mort".

L'un des grévistes de la faim, celui qui a passé 4 jours dans le hall de l'hôpital Saint Vincent, et qui avait été perfusé de force après avoir été attaché, a été envoyé dans un foyer à Roubaix.

Les 8 sans papiers sont ce soir devant le commissariat central de lille avec des soutiens et font face à la police.

Le CSP59 demande la libération de celui arrêté et toujours maintenu en garde à vue et la ré hospitalisation des 8 sans papiers grévistes de la faim qui poursuivent leur mouvement.

RASSEMBLEMENT TOUS LES JOURS 18H PLACE DE LA REPUBLIQUE A LILLE

APPEL AUX SOUTIENS, AUX ORGANISATIONS ASSOCIATIVES, SYNDICALES, POLITIQUES A RENDRE VISITE, A SOUTENIR LES SANS PAPIERS GREVISTES DE LA FAIM ENVOYES AUX QUATRE COINS DE LA REGION: CAMBRAI, CALAIS, DUNKERQUE, BETHUNE, LENS, FOURMIES, VALENCIENNES, TRITH SAINT LEGER, LILLE, ARRAS, ROUBAIX, MAUBEUGE...

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 13:03

«Camarades, la victoire va arriver, on est presque arrivé. Il ne reste pas grand-chose et selon notre détermination sera le résultat. Courage mes frères et sœurs ».

Voilà le message d’encouragement par sms que les grévistes de la faim s’envoient entre eux et elles et aux manifestants sans papiers, soutiens et militants qui manifestaient ce samedi 8 décembre.

En retour les manifestants faisaient parvenir aux sans papiers grévistes les images filmées de la manifestation.

Ayant appris que 6 sans papiers grévistes avaient été expulsés du foyer de Dunkerque où la préfecture les a mis, la manifestation s’est rendue au CHR pour découvrir que les 6 avaient été transférés au foyer de la rue Lambersart.

Certes la préfecture en recevant une délégation du CSP59 le jeudi 6 décembre a montré sa nouvelle disposition de prendre en compte la revendication qui dure depuis 2007 de droit à la défense argumentée des dossiers tous les mois du mouvement social, citoyen, anti-raciste et antifasciste qu’est l’auto-organisation des sans papiers composante indéniable de la société civile.

Cette ouverture de la préfecture que le CSP59 apprécie et partage doit trouver ABSOLUMENT son prolongement par la prise en compte de la grève de la faim qui a démarré le 2 novembre dernier.

Partant des engagements électoraux du président Hollande, à savoir «  pas de régularisation massive et cas par cas juste », le CSP59 a fait une proposition de sortie de la grève de la faim qui permet de rester dans le cadre de la circulaire.

Le CSP59 demande à la préfecture d’arrêter la stratégie qui consiste à transférer les grévistes de la faim des hôpitaux aux foyers d’hébergement de la région Nord-Pas-de-Calais avant parfois de les jeter à la rue aux portes des hôpitaux sous ce grand froid et tout cela dans le but de les fatiguer, de les décourager et les pousser à l’abandon. Ce que l’utilisation du GIPN (censé être un corps d’élite spécialisé dans la lutte contre les terroristes) n’a pas obtenu lors de l’évacuation du temple de l’église réformée ne saurait être obtenu en maltraitant les grévistes de la sans papiers et en essayant de dénaturer leur lutte en besoin de sdf.

Le CSP59 demande à la préfecture de prendre en compte sa proposition afin que la souffrance et la dégradation de la santé des grévistes de la faim soient écourtées, sans compter que le risque d’accident grave devient de plus en plus important au fil des jours de grève de la faim. Les 50 jours sont toujours un tournant dans une grève de la faim qui voient certains grévistes basculer dans le suicidaire parce que voyant dans l’interlocuteur qui doit répondre à sa revendication le mépris pour sa santé et sa vie.

Le cynisme fasciste des Le Pen et du FN faisant du chantage sur les soi-disant « appel d’air des régularisation » doit être démasqué comme un mensonge manipulateur. En effet régulariser dans un contexte de grève de la faim et permettre l’exercice du droit à la défense argumentée des dossiers a permis de 2004 à 2007 sur la base de l’accord DELARUE de ne pas pousser les sans papiers au désespoir et donc à la grève de la faim. Ceci est tellement vrai que la grève de la faim a été provoquée par le préfet Sarkoziste de 2007, M. CANEPA, lorsqu’il a fait rafler 60 sans papiers occupants et mis en vain dans un avion pour les expulser trois d’entre eux dont 1 annoncés régularisés.   

Le CSP59 appelle à la poursuite de la MOBILISATION SOLIDAIRE AVEC LES GREVISTES DE LA FAIM SANS PAPIERS PAR DES MANIFESTATIONS LES PLUS MASSIVES POSSIBLES:

Dimanche 09/12/12 à 11h au Marché Wazemmes au 39éme jour

Lundi 10/12/12 à 18h à Place de la République au 40éme jour

Mardi 11/12/12 à 18h à Place de la République au 41éme jour

Mercredi 12/12/12 à 18h à Place de la République au 42éme jour

Jeudi 13/12/12 à 18h à Place de la République au 43éme jour

Vendredi 14/12/12 à 18h à Place de la République au 44éme jour

Samedi 15/12/12 à 18h à Place de la République au 45éme jour

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 11:44

Les radios et la presse font état de l’appel de l’Etat Français adressé aux Eglises et autres lieux de cultes d’ouvrir et accueillir les sans domicile fixe (sdf) en cette période de grand froid qui s’en vient.

Mais ici « l’exception Lilloise » ou l’apartheid Lillois est qu’au même moment l’Eglise Réformée est contrainte par la préfecture à présenter par un huissier une requête qui ordonne l’expulsion des grévistes de la faim à plus de 30 jours du temple protestant du 165 rue pierre Legrand.

A lire ou écouter la presse on observe l’éternel retour des rengaines racistes et colonialistes selon lesquelles les grévistes sont de « grands enfants » manipulés par des « gourous ». Mais quand un Maire se couche et fait grève de la faim, il n’arrive à aucun esprit de ces grands républicains ou démocrates auto-proclamés donneurs de leçon de rechercher quel « gourou » se cache derrière cette grève de la faim.  

La préfecture continue à rester sourde à nos revendications en nous présentant comme des étrangers qui n’ont aucun respect pour l’Etat français.

Ainsi on nous demande de « mettre de l’eau dans notre vin » parce que nous tiendrions des propos « durs », mais quand le délégué de Florange crie sa révolte en parlant de « trahison » après l’agitation par le gouvernement de la « menace » de la nationalisation, personne n’allègue des « propos durs » pour les discriminer comme le fait la préfecture pour le CSP59 depuis que M. CANEPA, ex-préfet, ex-directeur de cabinet adjoint de Sarkozy alors ministre de l’intérieur a décidé, après s’être auto-nommé préfet dans le nord, d’utiliser l’appareil de l’Etat pour en finir avec le CSP59 en liquidant l’accord DELARUE conclu sous le premier ministre RAFARIN en 2004.

La circulaire du ministre VALS donne comme directive aux préfets de permettre la défense argumentée des dossiers des sans papiers par les syndicats, les associations et les collectifs, alors l’apartheid préfectoral vis-à-vis du CSP59 qui perdure depuis 2007 peut-il encore perdurer comme « exception Lilloise » ?

Or si le préfet avait eu un minimum d’écoute et si au lieu de s’enfermer dans une vision de la société civile fondée sur le principe royaliste du « monarque qui choisit ses courtisans », il avait compris que l’autorité de l’Etat repose avant tout sur la justesse de ses actes, nous ne serions pas aujourd’hui dans une crise dont la sortie ne peut être que la régularisation « humanitaire » dont parle la circulaire VALS.

Le CSP59 réaffirme qu’il est temps et grand temps que l’administration Française se débarrasse des séquelles d’une vision colonialiste des sans papiers, des immigré(e)s, des Arabes, des Berbères, des Noirs, des Asiatiques et des musulmans.

Le CSP59 invite le préfet à lire toutes ses nombreuses déclarations entre 2004 ( accord DELARUE) et 2007 (avant que le préfet CANEPA ne vienne ici pour nous écraser) pour se rendre compte que nos déclarations sont adaptées aux attaques et agressions dont nous faisons l’objet.

Le CSP59 exige un respect et en retour sait que le respect doit être réciproque, surtout quand il s’agit de l’Etat.

Le CSP59 précise que la revendication légitime de la régularisation de tous les sans papiers ne nous a jamais, depuis 16 ans, empêché d’œuvrer dans le cadre du « cas par cas » imposé par le rapport des forces du moment à l’exercice du droit à la défense argumentée des dossiers en préfecture.

Le CSP59 appelle au sens de la responsabilité de l’Etat qui, depuis 2007, va toujours dans une dérive répressive et arbitraire vis-à-vis des sans papiers, particulièrement à Lille en acceptant le droit à la défense argumentée des dossiers tous les mois en préfecture et en acceptant une solution humaine réaliste que nous sommes à même de présenter dès que la préfecture daignera nous entendre.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article