Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog du Comité
des sans papiers 59

Manifestation 
tous les mercredi
Place de la République 
à Lille, 18 heures 30


Régularisation
de tous les Sans Papiers!

42 rue Bernos
59800 Lille-Fives
csp59@wanadoo.fr

flyer-bonhomme.jpg








Pour commander
"La république à l'école
des Sans Papiers"...
adressez vos chèques
à IDM, 42 rue Bernos
Lille-Fives
(24 euros)















Présentation

Liens

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 19:05

Le dimanche 22 juillet 2012, Kamel Azzaz de nationalité Algérienne, lillois depuis 2007, fait du vélo rue de Lannoy à Lille, avec sa fille Lyliane. Des policiers, en civil, jaillissent d’une voiture pour l’interpeller. Ils l’emmèneront à la PAF sans se préoccuper de Lyliane sa fille apeurée et scandalisée, qui sera confiée à un monsieur qui passait par là et semblait connaitre Kamel.

Le lundi 23 juillet, Kamel est transféré au CRA de Lesquin après une garde à vue de 24h.

Kamel est en France avec sa fille depuis près de 5 ans. Comme en témoignent la maman de Lyliane, et le personnel éducatif de l’école où elle est scolarisée, Kamel subvient aux besoins de sa fille et est un père attentionné.

Suite au recours déposé par son avocat, Kamel reçoit une convocation au tribunal Administratif de Lille pour une audience ce vendredi 27/07 à 9h00.

Vendredi matin à 03h30 les policiers embarquent Kamel pour l’aéroport de Roissy en vue d’une expulsion.

Dans l’avion d’Air France, des passagers sensibles à son histoire et à celle de sa famille qui s’est déplacée jusqu’à l’aéroport sans pouvoir le voir, se mobilisent. Choqués et indignés par la violence de l’expulsion et les agissements des policiers envers Kamel, des passagers du vol manifestent leur mécontentement. Le commandant de bord décide alors, de débarquer Kamel de l’avion.

Les policiers ramènent Kamel au CRA de Lesquin alors que durant ce temps son avocat l’attend et plaide au tribunal en son absence. Le Tribunal administratif rejettera la requête de Kamel.

Kamel est convoqué au Tribunal de Grande Instance de Lille devant le Juge des Libertés, le dimanche 29/07/2012, si d’ici-là, il ne fait pas l’objet d’une nouvelle tentative d’expulsion comme le lui ont promis les policiers : « Tu partiras de toute façon, même par bateau ! » (sic les propos tenus par les policiers à Kamel)

Lors de ces dernières déclarations à la presse et devant la commission des lois du Sénat, M. VALLS, ministre de l’Intérieur, promettait une rupture avec la politique arbitraire du gouvernement Sarkozy-Guéant en matière d’immigration.

Une circulaire dite « plus juste et plus humaine » est annoncée pour septembre, pour autant M. VALLS est aujourd’hui au pouvoir et il ne saurait accepter que Kamel soit séparé de sa famille par l’arbitraire d’une décision prise par son prédécesseur. M. Valls vous évoquiez la prise en compte des liens familiaux, la durée de présence en France, l’insertion sociale et professionnelle comme autant d’éléments en faveur d’une régularisation.

Kamel AZZAZ cumule l’ensemble de ces critères : Il vit en France depuis 5 années, a une petite fille scolarisée dont il s’occupe quotidiennement et travaille pour subvenir aux besoins de sa famille.

M. VALLS, Mme Aubry, Kamel est sous le coup d’une décision arbitraire, injuste et inhumaine, prise par le Préfet du Nord qui à aucun moment n’a pris en compte la juste réalité de cette situation, guidé par l’effroyable loi des chiffres et des quotas d’expulsion.

Pour Kamel AZZAZ le changement de politique en matière d’immigration c’est maintenant !!!

Le CSP59 dénonce la tentative du préfet du nord de soustraire Kamel à son droit à la défense de sa situation devant la justice, exige sa libération immédiate et sa régularisation pour permettre à Kamel de retrouver sa place qui est la sienne auprès de sa famille.

Le CSP59 interpelle Le gouvernement Hollande/Ayrault/Valls et Mme Aubry première secrétaire du Parti Socialiste : allez-vous fermer les yeux face à l’arbitraire du Préfet du Nord ? Le changement s’arrêt-il aux frontières de département du Nord ? Sarkozy continue-t-il à régner sur notre région ?

Nous appelons l’ensemble du mouvement progressiste, élus, politiques, syndicats et citoyens à :

- Dénoncer l’arbitraire de cette situation, en envoyant par fax au Préfet du Nord, une demande de libération et de régularisation pour Kamel,

- Se rendre au CRA de Lesquin pour rendre visite à Kamel Azzaz,

- Etre présent à l’audience de dimanche matin (29 juillet).

Restons vigilants et mobilisés pour que Lyliane ne soit pas séparée de son papa !

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 12:15

M. K., Sans Papiers organisé au sein du CSP59, fait l’objet d’un placement en rétention en avril 2012. A l’audience du TGI de Lille le 23 avril 2012, le JLD l’assigne à résidence. Mme S., amie de M. K., soutien du Comité des Sans Papiers depuis plusieurs années, produit à la demande de l’avocat de M. K., les documents nécessaires (attestation d’hébergement, justificatif de domicile).

Le 05 mai, une première fois, 3 agents de la PAF se présentent au domicile de Mme S. qui est partie travailler et M.K. n’est pas à cette adresse.

Aucune autre manifestation de la PAF jusqu’à ce mercredi 11 juillet 12, où, de nouveau 3 agents de la PAF se présentent au domicile de Mme S. qui est, là encore, partie travailler. Dans la journée, elle reçoit un appel lui demandant de se présenter à la PAF le lendemain à 8H. Aucune précision sur le motif ni même sur l’identité de la personne l’ayant appelée. Mme S. rappelle l’accueil de la PAF en s’étonnant de ce mode opératoire et précise qu’étant salariée elle ne pourra se rendre à ce rendez-vous. La fonctionnaire du secrétariat téléphonique de la PAF sera dans l’incapacité de lui préciser les raisons de cet appel et confirmera qu’elle s’étonne du fait que Mme S. ignore l’identité de la personne qui lui a demandé de se présenter à la PAF le lendemain matin à 8h.

Ce jeudi 12 juillet, à l’heure dite du rendez-vous, Mme S. reçoit de nouveau un appel d’un fonctionnaire de la PAF qui lui rappelle sèchement qu’une « convocation » lui a été faite et qu’elle n’est pas présente. Mme S. rappelle qu’elle a pris soin de prévenir la veille par téléphone de son empêchement et demande des précisions sur les motifs de cette « convocation ». Le fonctionnaire après avoir décliné son identité lui précise qu’il s’agit d’un « entretien dans le cadre d’une enquête préliminaire contre M. K. ». Mme S. convient qu’elle se présentera ce jeudi 12 juillet à 18H30.

Mme S. se présente, comme convenu à ce rendez-vous, accompagnée d’une autre militante du CSP59 qui sur injonction du fonctionnaire de police ne pourra assister à « l’entretien » et sera invitée à attendre en salle d’accueil.

L’entretien durera une vingtaine de minutes. Après qu’une fois encore elle s’étonne d’être « convoquée » (sic les propos du fonctionnaire de la PAF) sans même n’avoir reçu de convocation officielle, et après qu’elle demande à plusieurs reprises dans quel cadre il lui a été demandé de venir, le fonctionnaire de la PAF lui répond : « vous êtes simple témoin, et il vous est encore possible de vous soustraire à cet interrogatoire mais alors la Police viendra vous chercher à votre domicile ou sur votre lieu de travail ».

Mme S. constate à son entrée dans le bureau qu’un PV à son nom et reprenant sa domiciliation est déjà rempli et que faute de « quelques questions » (sic les propos tenus le matin même au téléphone par le fonctionnaire en question) il s’agit bel et bien d’un interrogatoire. Mme S. refuse de signer le procès verbal après lecture de celui-ci et vérifie que cette mention soit précisée sur le document. Le fonctionnaire la raccompagne et à la dernière question de Mme S. sur les suites à cet interrogatoire, le policier de la PAF lui répond que le PV va être transmis au procureur de la République qui jugera de la nécessité d’une  « poursuite pour délit de solidarité » (sic le fonctionnaire de la PAF)…

Plus de 15 ans après les poursuites de Jacqueline DELTOMBE, la nouvelle majorité présidentielle,  « porteuse du changement », fait de nouveau planer la suspicion et les menaces de poursuites pénales contre les militants engagés dans les luttes pour la régularisation des Sans Papiers.

Cette majorité présidentielle, qui, hier, sous le gouvernement SARKOZY, criait son attachement aux valeurs de solidarité et de justice sociale, s’arme aujourd’hui des relents législatifs xénophobes et racistes qui font de la solidarité un délit dés lors que des citoyens engagés affichent leur soutien à la lutte des Sans Papiers, mettant ce soutien à ce combat légitime au même rang que les filières négrières du travail clandestin, bras armé du patronat.

Le CSP 59 dénonce fermement cette tentative d’intimidation policière et questionne les raisons et l’origine qui la motivent :

S’agit-il d’une ultime manœuvre d’une préfecture revancharde ? ou seraient-ce les méthodes policières du Ministre Valls dans la droite ligne des Sarkozy, Besson, Hortefeux et Guéant.

Le CSP59 réaffirme que nous ne céderont pas à cet honteux chantage de poursuite pénale.

NON la solidarité à la lutte des Sans Papiers n’est et ne sera jamais un délit !

Manifestation hebdomadaire tous les mercredis 18h Place de la République à Lille

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 10:00

Dans une interview au Monde du 28 juin, le nouveau ministre de l'Intérieur Manuel Valls définit ses principes en matière de politique migratoire, notamment sa politique concernant les sans-papiers : «Les régularisations doivent se faire en s’appuyant sur des critères précis, objectifs, compréhensibles, à la fois par ceux qui sont dans cette situation, ceux qui pourraient venir sur notre sol national, et nos compatriotes. Ces critères sont les années de présence en France, la situation par rapport au travail, les attaches familiales, la scolarisation des enfants. Ils ont été interprétés de manière beaucoup trop restrictive et n’ont pas été appliqués de manière uniforme sur l’ensemble du territoire par le précédent gouvernement».

Le CSP59 demande donc que soit concrétisée sa demande de défense argumentée mensuelle des dossiers en préfecture du nord comme cela se faisait de puis 1996 et surtout depuis l’accord Delarue en 2004 jusqu’à ce que l’ex-président Sarkozy le discrimine en l’expulsant de la préfecture.

Le CSP59 attend toujours que le cabinet du Maire de Lille, saisi en tant que premier secrétaire du PS lui donne la réponse du Ministre de l’Intérieur sur sa demande.

Le CSP59 ne comprend pas que sa demande pourtant simple reste jusqu’ici sans réponse et que la discrimination dont il est victime par suite de la décision injustifiée, arbitraire, injuste du Préfet Canepa, ci-devant ex-directeur adjoint de cabinet de M. Sarkozy et de M. Guéant.

Le CSP59 ne peut comprendre que ce que M. Rafarin premier ministre a admis en 2004 soit difficile à faire respecter par le gouvernement de M.Ayrault/Valls.

Le CSP59 réitère sa demande que cesse l’apartheid préfectoral le visant et de pouvoir ainsi exercer son droit en tant que mouvement de la société civile de défendre tous les mois en préfecture les dossiers des sans papiers.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 18:52

Le mercredi 13 juin de 12h à 21h s’est tenu le concert de solidarité avec les sans papiers du Théâtre de l’Opprimé, de ALEE, ZEP, ON A SLAME SUR LA LUNE face à la préfecture qui refuse avec acharnement au CSP59 le droit à la défense argumentée des dossiers tous les mois. Ce concert a mobilisé près de 1000 participants.

Le lendemain 72 sans papiers ont occupé l’OFI pour demander la satisfaction de cette revendication légitime. Occupation qui a duré de 10h 30 à 16h le jeudi 14 juin et qui s’est terminée par une évacuation policière.

Les sans papiers se sont dirigés en manifestant vers la Mairie de Lille où une délégation a été reçue par le cabinet du Maire.

Le CSP59 a exposé au cabinet de Mme le premier Secrétaire du PS sa revendication : Droit à la défense argumentée des dossiers en préfecture sur la base de l’accord DELARUE.

Le cabinet s’est engagé à transmettre à Mme Aubry la demande du CSP59 en précisant que cela dépendait des résultats du second tour des législatives du 17 juin. Le CSP59 a rappelé à la délégation représentant la Mairie et le PS que sa campagne contre les thèses fasciste lepénistes et la honteuse et scandaleuse imitation de celles-ci par l’ex-président candidat Sarkozy et plusieurs candidats aux législatives de l’UMP a été notamment la double occupation du local de ce parti à Lille pour dire STOP à la criminalisation, HALTE à la fascisation de l’UMP.

Le cabinet du Maire premier secrétaire du PS a précisé qu’en cas de victoire du PS, le « changement » promis par le président Hollande sera appliqué : « le cas par cas par une politique et des lois différentes de ce qui a été menée par l’ex-président Sarkozy dans un esprit de justice et d’équilibre ». On s’est donc donné rendez vous après le 17 juin 2012.

Le CSP59 attend donc que ce « changement de philosophie de l’interprétation et de l’application de la loi et de la politique » lui soit appliqué par l’exercice reconnu du droit à la défense argumentée des dossiers des sans papiers en préfecture.

Dès la semaine du 18 juin au 22 juin, le CSP59 attend une réponse positive, REPUBLICAINE à sa demande pour que cesse la discrimination dont il est victime depuis juin 2007 ET SOIT REPAREE CETTE INJUSTICE INACCEPTABLE CONTRE LE CSP59.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 08:23

428556_429511583748717_2066834728_n.jpg


Un préfet, M. Dominique Bur, sourd, aveugle, mais qui, par son abus de pouvoir autoritaire, arbitraire, injuste et discriminatoire vis-à-vis du CSP59, teste vraiment si la présidence Hollande, c’est vraiment le « changement » promis lors de la campagne présidentielle.

Un préfet, M. Dominique Bur, de l’ère Sarkozy qui, par sa cécité, son aveuglement discriminatoire vis-à-vis du CSP59, pose le défie de savoir si Hollande fera moins que Chirac/Rafarin qui avaient mis en place avec le CSP59 « l’accord Delarue » permettant à chaque sans papiers de construire sa régularisation dans le cadre de la défense mensuelle argumentée de chaque dossier dans le cadre du « cas par cas ».

Un préfet, M. Dominique Bur, qui en pratique n’obéit et n’agit dans le cadre de la « continuité de l’état » qu’à partir des diktats de l’ex-super-préfet sarkoziste M. Canepa en ignorant tous les autres actes Républicains posés par les gouvernements successifs depuis 1996 : 5 premiers ministres, 5 ministres de l’intérieur, 5 préfets.

Un préfet qui, toute honte bue, n’a rien d’autre à opposer à la demande du droit à la défense argumentée des dossiers des sans papiers que : « Nous entendons être maîtres de nos décisions ».

Un préfet, M. Dominique Bur, qui a été pris en flagrant délit de « détournement de procédure » par le juge de la Cour d’appel de Douai lors des arrestations des 6 sans papiers qui avaient refusé la clandestinité imposée qui fabrique « les délinquants, la toxicomanie et l’insécurité » que les fascistes Français attribuent mensongèrement aux immigré(e)s et aux sans papiers.

Un préfet qui succède au préfet Canepa (tout en gardant la honteuse posture de ce dernier d’ostracisme ségrégationniste vis-à-vis du CSP59) sous lequel, rappelons le, le coordinateur de la commission juridique du CSP59 a été mis par deux fois en garde à vue avec des accusations mensongères qu’il « prend de l’argent et couche avec les femmes », accusations pour lesquelles le CSP59 avait demandé publiquement un procès qui non seulement n’a jamais eu lieu, mais la procédure judiciaire a été classée pour « dossier vide ».

M. Dominique Bur, tout préfet que vous êtes, sachez qu’il est insupportable, inadmissible, il n’y a rien ABSOLUMENT RIEN DE REPUBLICAIN, ce n’est pas non plus l’état de droit que les rapports entre la préfecture et les usagers sans papiers et leur CSP59 soient une pure et simple reproduction des rapports coloniaux entre administration coloniale et colonisés indigènes.

M. Dominique Bur, tous les préfets ne sont pas Jean Moulin, préfet qui en 1927 a pris, après vérification personnelle, la décision de justice que les « tirailleurs » aient le même ordinaire, les mêmes vêtements, etc., que les soldats Français avec lesquels ils avaient partagés les horreurs de la boucherie de 1914 et 1918 ; rien d’étonnant que ce préfet là ait eu le rôle qu’on lui connaît quand la France fut occupée par les hordes nazies qui partagent la même idéologie de haine que le parti fasciste Français, le FN, auquel l’ex-président a donné sur un plateau près de 18% des électeurs à la présidentielle.

Le CSP59 a supporté trop d’injustice, cette mise au point était nécessaire, l’apartheid préfectoral ça suffit !

Repost 0
Published by soutiens du CSP59
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 15:53

La Fin des amalgames, de l’hypocrisie, de l’immigration bouc émissaires….c’est MAINTENANT !

Depuis 1996, les sans papiers s’organisent au sein du CSP59, faisant de la visibilité collective et du refus de la clandestinité l’arme de leur lutte pour la REGULARISATION !

Depuis 1996, le CSP 59 a été l’initiateur du dialogue et de la défense argumentée des dossiers de sans papiers avec les autorités préfectorales du Nord.

En 2004, M. DELARUE sous l’autorité  du gouvernement RAFFARIN signait avec le CSP59 et ses partenaires le cadre juste, pragmatique et humain permettant un examen attentif et respectueux des droits des personnes sans papiers !

Depuis 2007, unilatéralement, le préfet CANEPA instigateur de la grève de la faim de juin 2007 à août 2007, mettait fin à ces accords et excluait le CSP59 des rencontres mensuelles se voulant ainsi le fossoyeur annoncé du CSP59, mouvement pacifique faisant de la solidarité, du vivre ensemble  et de l’égalité les clefs de voûte de son action militante et citoyenne.

Le courage, la détermination et la justesse du combat des Sans Papiers ont eu raison de l’acharnement et de l’arbitraire préfectoral, et le CSP59 poursuit dignement sa lutte  pour la régularisation des Sans papiers !

Malgré, l’arbitraire des décisions, l’hypocrisie de la CODRESE (lieu d’enregistrement des procédures d’éloignement), les expulsions, les SANS PAPIERS restent convaincus que seule la lutte paie !

Ils et elles refusent la clandestinité imposée, armée de réserve d’une main d’œuvre corvéable et de toutes les exploitations négrières.

Le CSP59 réitère ses revendications :

Le droit à la défense argumentée des dossiers des sans papiers

L’arrêt des expulsions

L’abrogation des lois racistes et xénophobes

Une politique d’immigration juste et respectueuse des droits des personnes

 

Au programme :

-Stands associatifs du CSP59 - MRAP - LDH - AFPS - Génération Palestine - APU - Librairie CHB - France Cuba - Collectif Chômeurs Précaires - La Brique

-Animations (Slam, Théâtre - TOP Théâtre-, Chants…)

-Manifestation hebdomadaire du CSP59

-Concerts (ALEE – ZEP)

-Boissons et petite restauration sur place

SOYONS NOMBREUX MERCREDI 13 juin (Place de la République à Lille)

POUR QUE CESSE L'ARBITRAIRE PRÉFECTORAL !!!

SEULE LA LUTTE PAIE !!!

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 12:31

Nous sommes reçus ce 8 juin 2012 de nouveau par trois représentants du Cabinet du préfet M. Dominique Bur. Comme le 24 avril le préfet nous fait recevoir pour se moquer de nous et nous mépriser.

Alors que cette audience est accordée à la suite de la seconde occupation de la DDTE, le représentant du préfet déclare d’entrée qu’une réponse négative à nos doléances a été déjà faite par le préfet. C’est donc un refus catégorique à la demande de défense mensuelle argumentée des dossiers par le CSP59 en préfecture. Il ajoute que la préfecture ne « reconnait pas le CSP59 et ces rencontres » lesquelles sont donc des rencontres de pures formes, sans valeur, juste pour faire semblant.

Pour la préfecture lorsque le TA annule même plusieurs fois la décision du préfet, « il ne demande pas au préfet de régulariser, mais de réexaminer le dossier ». On lui a rappelé que quand le Tribunal Administratif (TA) cassait plusieurs fois une décision de refus et d'éloignement, et parfois condamnait la préfecture à une amende, la moindre des choses c’est d’en tenir compte. On a aussi rappelé, à propos des 6 arrêtés après l'occupation de l'UMP, que le juge avait considéré que le Préfet avait « détourné la loi ».

La préfecture persiste et signe dans le refus de la prise en compte du « changement » présidentiel : « le dispositif RESTE le même, la Codrese a vocation à disparaître une fois le stock de dossiers vidé ». Pas à une contradiction près, le même représentant de la préfecture déclare qu’il y a « plein de régularisation » en refusant de donner le chiffre et « c’est normal que les régularisations aient diminué depuis 2007 ». 

Remarque de la délégation du CSP59 : « ne pas recevoir le CSP59, ne pas le considérer comme interlocuteur, considérer que les Sans Papiers doivent être représentés par d'autres associations (LDH, MRAP, CIMADE, et d'autres... estimables) cela revient à les considérer comme des MINEURS incapables de présenter eux-mêmes leurs dossiers avec leur commission juridique ». Interpellation aussi de la préfecture sur les différences de traitement à Paris, ailleurs où les CSP défendent les dossiers en préfecture et à Lille où le CSP59 est exclu, et donc sur la discrimination dont le CSP59 est victime.
La préfecture insiste que « la Codrese est un dispositif hors norme... destiné à écluser le stock de dossiers, et pas à être une institution permanente ».

Pour lui c'est à l'Etat de « choisir ses interlocuteurs » et le CSP59 n'en est pas un « parce que vos méthodes ne nous conviennent pas... les occupations.... ». On lui a fait remarquer qu’il est absurde  de considérer que « si le peuple n'est pas comme il faudrait, dissolvez le peuple ». Et à notre question : « alors si on n'occupe plus, on devient interlocuteur »? La réponse tombe automatiquement : « mais non, pas question ».

Une sans papière fait observer que le refus du préfet que leurs dossiers soient défendus les condamne à la « clandestinité, à la délinquance, à l’insécurité », la réponse est : « non pas du tout, nous sommes humains, mais la loi c’est si une décision négative est prise, vous devez l’exécutez ».

Et en ce qui concerne le droit à la défense argumentée des dossiers en préfecture par le CSP59 le représentant du préfet s’exclame : «  Nous entendons être maîtres de nos décisions » comme si le simple fait que les sans papiers auto-organisés puissent défendre leurs dossiers, c’est déposséder le préfet de son pouvoir de décision.

Manifestement ce préfet a des difficultés à différencier, tout comme l’ex-préfet Canepa exécuteur des basses besognes de l’ex-président Sarkozy en 2007, d’une part la loi votée par le parlement et d’autre part l’interprétation et l’application de celle-ci par l’administration préfectorale.

LA DEFENSE ARGUMENTEE DES DOSSIERS EST LE DROIT DE LA SOCIETE CIVILE DE PROUVER ARGUMENT A L’APPUI QUE L’ADMINISTRATION S’EST TROMPEE.

Le mépris, l’arrogance autoritaire et le fait du prince affiché par la préfecture du nord est le prolongement de l’arbitraire, de l’inégalité de traitement, de l’injustice, de l’irrespect et de la discrimination contre le CSP59.

Ce non respect en préfecture de l’état de droit montre en réalité comme nous l’avons dit avec beaucoup de fermeté qu’il « y a dans le comportement de la préfecture une dérive dangereuse liée au sarkozisme, qui entre les deux tours, s’est révélé indigne des valeurs Républicaines, nous ne laisserons pas les idées de Mme Le Pen tout envahir ».

Nous avons aussi dit que le préfet doit répondre à la question suivante : « quelle est la raison CACHEE, du refus de reconnaitre le CSP59, de la discrimination préfectorale visant le CSP59 ? N’y a-t-il pas un rapport avec les idées d'extrême droite développées entre les deux tours par l'ancien président »? 

Face à notre fermeté, le représentant du préfet M. Dominique Bur, a dit : « si le ministre ordonne, on appliquera », ce à quoi nous avons répondu « on va donc s'adresser au ministre ».

Le CSP59 considère que LE MEPRIS, LA DISCRIMINATION, CA SUFFIT! Il est irresponsable et dangereux de jouer à l’apprenti exécuteur de la volonté du parti fasciste auquel Sarkozy a donné sur un plateau près de 18% des électeurs du pays! Aucune justification sérieuse ne peut fonder l’acharnement préfectoral a refusé le droit au CSP59 de défendre les dossiers des sans papiers, CSP59 dont la légitimité est vérifiée par sa compétence prouvée et reconnue par 5 préfets et un conseillé d’état, par toutes les associations dignes de ce nom, y compris membres de la Codrese, et sa popularité, son ancrage populaire dans le paysage social de notre région. 

Le « changement » du candidat Hollande/Ayrault/Vals s’arrête –il aux portes closes de la préfecture du nord depuis 2007 après que Rafarin premier ministre l’ait ouverte sur la base de l’accord Delarue entre 2004 et 2007 et après les ouvertures sous Chirac/Jospin de 1997 à 2002, puis sous Chirac/Sarkozy de 2002 à 2003?

Le préfet Dominique Bur nous invite à nous tourner vers le ministre de l’intérieur M. Vals en nous rappelant qu’on lui a écrit sans réponse de sa part, eh bien nous lui disons clairement de réparer l’injustice, l’arbitraire et la discrimination décidés en 2007 contre nous par le préfet Canepa, le secrétaire général de l’Elysée d’alors M. Guéant et m. Sarkozy en demandant au préfet du nord d’accepter tous les mois la défense argumentée des dossiers des sans papiers par le CSP59.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 10:40

120 sans papiers en partance pour Bruxelles ont fait escale ce samedi 2 juin à Hénin Beaumont. Ils ont manifesté en centre ville accueilli par une population, le Maire et le Front de Gauche de la ville. Tout le long de la marche, les habitants sortaient pour marquer leur sympathie pour ces combattants sans papiers et exprimer leur ras le bol de la stigmatisation dont le brave peuple de Hénin Beaumont fait l’objet dans la grande presse.

Certains n’hésitant pas à déclarer : « vous voyez que nous ne sommes pas les pestiférés dont parle la presse en mal de sensation mal saine ». Les teeshirts de la marche sur lesquelles on lire «  liberté de circulation et d’installation » ont fait recettes, les gens torses nus venaient à la rencontre des sans papiers.

Dans la salle municipale le Colisée un hommage a été rendu aux figures féministes de la résistance : Émilienne Mopty la Française épouse de mineurs et Olga Bancic la Roumaine du groupe Manouchian, toutes décapitées par les Nazis, l’une à Cologne et l’autre à Stuttgart.

Il a été rappelé les hauts faits de la résistance comme la grève des mineurs qui s’est développée pour la revendication : « pas de charbon pour les Bosch », les figures oubliées de la résistance comme le Malien Tiémoko Garan kouyaté fusillé au fort Montluçon, le Polonais Georges Politzer et les « tirailleurs Africains », etc.

Les « tirailleurs » de l’économie souterraine que sont les travailleurs sans papiers ont au son des diembés communié avec les populations de la ville martyrisée par les médias qui pointent leur doigt malfaisant accusant Hénin Beaumont, ville ouvrière des « gueules noires » de « fief » des bruns fascistes.

Demain dimanche 3 juin un bus du CSP59 prend le relai des sans papiers Parisiens en participant à la marche de la solidarité et de la fraternité pour dire avec les habitants d’Hénin Beaumont : la bête immonde fasciste ne passera pas en juin 2012. Rendez vous à 13h à la place Deygeter de Fives pour ce grand rendez vous.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans communiqués
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 22:51

ET NOUVEAU RENDEZ VOUS DONNE PAR LE PREFET AU CSP: LES SANS PAPIERS ESPERENT QUE CETTE FOIS CI ILS POURRONT OBTENIR LE DROIT DE REPONSE ARGUMENTE DE LEUR DOSSIER PAR LEUR REPRESENTANT LEGITIME...

 

« Est-ce que cette fois encore la préfecture va se moquer de nous »? « Est-ce un nouveau rendez vous dilatoire »? « Le préfet se rend t-il compte que ce sont des vies humaines qui lui demandent de pouvoir défendre leur droit à vivre dans la légalité et dans la dignité par le travail légal »? 

Telles sont les questions qui ont agité l’Assemblée Générale des sans papiers occupants de la DDTE animée à la demande du préfet par le porte parole du CSP59.

Après un débat où se mêlaient ras le bol du « jeu de la préfecture avec nos vies », « donner une possibilité au préfet de satisfaire la revendication de la défense mensuelle argumentée des dossiers et « aucune confiance à la parole du préfet qui s’amuse de nous », les sans papiers à une courte majorité ont décidé de suspendre ce mercredi 30 mai leur occupation de la DDTE qui a duré de 10H 15 à 19H. Cette décision a été suivie d’une ovation de remerciements à la solidarité des salariés employés de la DDTE dont les syndicats ont exprimé leur soutien solidaire aux sans papiers.

Le préfet s’est engagé de recevoir le CSP59 la semaine du lundi 4 juin au vendredi 8 juin. Nous attendons donc que la parole préfectorale soit respectée et surtout que nos revendications soient prises en compte :

- Droit à la défense argumentée tous les mois des dossiers par le CSP59

- Sur la base de l’accord Delarue (accord obtenu en 2004 sous le gouvernement RAFARIN qui permettait à chaque sans papiers de ‘construire son dossier’ dans le cadre d’un Etat de droit)

- Libération de Challal Sofiane qui a été arrêté en venant rejoindre ses camarades occupants.

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 16:14

DIMANCHE 3 JUIN LES SANS PAPIERS MANIFESTENT A HENIN BEAUMONT

Départ du bus plus co-voiturage à 13h Place Deygetter à Fives

 

NON AU FASCISME LEPENISTE

LE RACISME EST UN DELIT

LES SANS PAPIERS NE SONT PAS DES CLANDESTINS

LES SANS PAPIERS SONT DES TRAVAILLEURS

A TRAVAIL EGAL UNE LEGALITE EGALE ET DES DROITS EGAUX

NOUS SOMMES AUSSI LA FRANCE

NON A LA DIVISION ET A LA DISCRINATION RACIALE

REGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS

Parce que cela coûte le CSP59 demande une contribution solidaire aux associations, syndicats, partis et à chaque soutien selon ses possibilités !

 

 

CONCERT MANIFESTATION ANTIRACISTE ET ANTIFASCISTE DU MERCREDI 13 JUIN 2012
Parvis des droits de l’Homme-Place de la République à Lille de 14h à 22h

Journée de Mobilisation & de solidarité avec les Sans Papiers !

LA REGUALRISATION… C’EST MAINTENANT

Au programme :

- Stands associatifs
- Animations (Salm, Chants Sans Papiers, top théâtre)
- Manifestation hebdomadaire du CSP59
- Concerts (ALEE – ZEP)
- Boissons et petite restauration sur place

Organisée par le CSP59 et IDM

La Fin des amalgames, de l’hypocrisie, de l’immigration bouc émissaires….c’est MAINTENANT !

Depuis 1996, les sans papiers s’organisent au sein du CSP59, faisant de la visibilité collective et du refus de la clandestinité l’arme de leur lutte pour la REGULARISATION !
Depuis 1996, le CSP 59 a été l’initiateur du dialogue et de la défense argumentée des dossiers de sans papiers avec les autorités préfectorales du Nord.

En 2004, M. DELARUE sous l’autorité  du gouvernement RAFFARIN signait avec le CSP59 et ses partenaires le cadre juste, pragmatique et humain permettant un examen attentif et respectueux des droits des personnes sans papiers !
Depuis 2007, unilatéralement, le préfet CANEPA instigateur de la grève de la faim de juin 2007 à août 2007, mettait fin à ces accords et excluait le CSP59 des rencontres mensuelles se voulant ainsi le fossoyeur annoncé du CSP59, mouvement pacifique faisant de la solidarité, du vivre ensemble  et de l’égalité les clefs de voûte de son action militante et citoyenne.
Le courage, la détermination et la justesse du combat des Sans Papiers ont eu raison de l’acharnement et de l’arbitraire préfectoral, et le CSP59 poursuit dignement sa lutte  pour la régularisation des Sans papiers !
Malgré, l’arbitraire des décisions, l’hypocrisie de la CODRESE (lieu d’enregistrement des procédures d’éloignement), les expulsions, les SANS PAPIERS restent convaincus que seule la lutte paie !
Ils et elles refusent la clandestinité imposée, armée de réserve d’une main d’œuvre corvéable et de toutes les exploitations négrières.
Le CSP59 réitère ses revendications :
- le droits à la défense argumentée des dossiers des sans papiers
- l’arrêt des expulsions
- l’abrogation des lois racistes et xénophobes
- une politique d’immigration juste et respectueuse des droits des personnes

Restons mobilisé-e-s et soyons nombreu-se-s

Repost 0
Published by soutiens du CSP59 - dans annonces
commenter cet article